Témoignage sur l'anorexie mentale

Témoignage sur l’anorexie mentale

« Il y a 6 ans, j’ai été hospitalisée pendant plusieurs mois en pédopsychiatrie en raison de mon anorexie mentale restrictive.


Je ne peux pas dire quand a débuté la maladie précisément et je pense qu’elle s’installe dans la tête bien avant les conséquences physiques. Mais mon année de seconde a été l’année ou la restriction à vraiment débuté. Ma restriction alimentaire a commencé de manière « anodine », avec une simple envie de manger plus sainement, de faire un peu plus de sport, finalement m’entretenir après un été gourmand et 2 petits kilos que je jugeais en trop. Rien d’excessif à première vue, mes parents ne s’en sont donc pas soucié. Cependant, au fur et à mesure des mois, je devenais de plus en plus obsédée par cet objectif, par mon alimentation et ma dépense énergétique. Certains comportements envahissants sont donc apparus sans que je n’aie conscience de leur impact. Je commençais à lire les étiquettes des produits afin de connaitre les compositions, à calculer mes calories, à me renseigner sur la nutrition, cependant rien n’était sain puisque motivé par la maladie. Même au repas de Noël cette année-là, j’ai fait attention et je ne me suis autorisé aucun excès. Tout devait être équilibré et mesuré. Si excès il y avait, la culpabilité suivait de près, et me rappelait de ne plus le refaire. Les rendez-vous avec ma balance étaient de plus en plus nombreux dans mes journées, et les chiffres affichés de plus en plus angoissants. Encore une fois aux yeux de mon entourage, je ne faisais que prendre soin de moi.


En parallèle j’étais devenu intransigeante sur certaines choses autour des repas comme les changements d’horaire ou changements de menu. J’avais d’ailleurs besoin de connaitre à l’avance ce dernier afin d’équilibrer les calories et de préparer ma prochaine séance de sport. Les petits moments agréables comme les apéros étaient devenus un supplice pour moi. J’arrivais à trouver des occupations et des excuses assez facilement pour les éviter. Je pense avec du recul que même si nous n’en avons pas conscience, la maladie est assez maligne et nous motive à la tromperie et au mensonge. On devient maitre dans cet art, et la possibilité pour notre entourage de repérer le problème en est d’autant plus compliquée.


Plus l’année avançait et plus je triais mes aliments. Par la suite j’ai commencé à trier en fonction de leur catégorie. Le sucre transformé, la viande rouge, les féculents, pour au final ne garder que certains aliments peu caloriques et en petite quantité. En même temps mes deux séances d’une heure de sport dans la semaine s’étaient transformées en une séance de 2h tous les jours, jusqu’à épuisement, vertige, douleur. Evidemment tout se faisait dans le dos de mes parents. J’étais finalement partie à la recherche de la perfection. La perfection physique par mon apparence, principalement influencée par ce que je pouvais voir sur les réseaux ; la perfection de mon mode de vie que je voulais le plus sain possible ; la perfection de mes compétences scolaires, j’étais extrêmement exigeante dans mon travail et mes résultats étaient exemplaires. Je voulais être parfaite et plaire à tous sans exception. Les motivations ne me semblaient pourtant pas si mal, mais mes pensées étaient incontrôlables, je ne vivais que pour ça. Enfin vivre est un bien grand mot. Plus je répondais à mes pensées devenues intrusives et obsessionnelles de recherche de perfection et plus je me sentais puissante, forte. En réalité, j’étais de plus en plus vide et légère. J’ai commencé à avoir des remarques positives en février/ mars notamment par mes ami.e.s. C’était « t’as des abdos incroyables » ou « comment tu fais pour être aussi forte en cours », des remarques innocentes à leurs yeux, qui me valorisaient ou plutôt valorisaient la maladie et l’ont en réalité alimentée. (Sans mauvais jeu de mots).


J’avais la fausse impression à cette période de me contrôler et de contrôler tout ce qui m’entourait (un contrôle qui dans l’alimentation était direct : je ne mange pas, je perds du poids rapidement) un sentiment satisfaisant qui en réalité cachait le contrôle d’une maladie sur moi.

Je me souviens encore écrire dans l’onglet recherche de mon ordinateur « anorexie » sans penser que cela puisse vraiment me concerner. Pourtant, je n’ai pas hésité à écrire autre chose. Je le savais finalement, mais je refusais de le voir. En d’autres termes j’étais dans le déni. Et ce déni, je pense qu’il n’est pas valable que pour moi. Depuis tout ce temps, mes parents avec qui je vivais quotidiennement ne s’étaient rendu compte de rien. Pourtant malgré mes ruses, mon hyperactivité et ma restriction affolante étaient bien visible. Je pense que dans ce genre de situation il est aussi compliqué pour des parents d’accepter que son enfant souffre, accepter de regarder la chose en face.


La révélation de cette maladie s’est faite un jour d’anniversaire. Un repas de trop, et cette fois, plus qu’une impossibilité de manger, une impossibilité de camoufler ma souffrance et de me forcer davantage. Je n’y arrivais plus. Alors nous avons rapidement vu le médecin puis le psychiatre et le diagnostic est tombé. S’en est suivi beaucoup de questionnement sur cette maladie et sur la souffrance psychique en générale car inconnue de ma famille et moi jusqu’à présent. Nous avons été aidés par une amie de ma mère que mes parents ont rapidement appelée, et qui avait elle aussi souffert plus jeune d’anorexie. Elle a su répondre à certaines de nos interrogations et a été comme un repaire pour nous. Repaires et apports d’informations difficiles à trouver en général dans ce domaine.


Après le diagnostic les choses n’ont pas été aussi simple que prévue. Tout le monde était au courant, je n’avais plus besoin de me cacher, j’étais malade et on le savait mais j’étais aussi désespérée devant une situation qui me semblait sans issue. Alors j’ai tout simplement baissé les bras et je me suis laissée couler. J’ai fini par ne plus bouger de chez moi, mais ne plus manger. J’étais tellement vide que le simple fait de lever mon bras me faisait perdre mon équilibre. A chaque fois j’arrivais physiquement à me retenir pour ne pas tomber, mais il n’y avait pas de rambarde d’escalier pour m’accrocher mentalement. J’avais pu trouver des témoignages sur internet dans lesquels je m’étais identifiée. Il était rassurant de voir que d’autres vivaient ou avaient vécu la même chose que moi, et pouvaient me comprendre. C’était le premier rondin de bois sur lequel m’accrocher dans cette noyade.


J’ai donc fini aux urgences un après-midi, puis hospitalisée pendant 2 mois l’été de ma seconde avec un objectif de poids et un suivi psychologique faible car long à mettre en place. Cependant, une fois sortie de l’hôpital, j’ai rapidement « rechuté ». Une nouvelle hospitalisation puis un transfert en pédopsychiatrie. Une place que j’ai eu la chance d’obtenir malgré un manque de lits criant de ces services, et une demande qui ne cesse de croitre. J’y suis restée de longs mois afin de débuter un travail psychique de fond. Cette hospitalisation était vitale pour me sortir de l’anorexie, mais aussi des pensées suicidaires qui étaient venues s’installer depuis un moment en raison d’un mal être que je pensais insurmontable.


Nous avons été pendant un temps 8 enfants sur 11 lits dans le service, à souffrir de la même maladie. Je ne détaillerais pas cette longue hospitalisation. L’isolement, la surveillance quotidienne, les rendez vous très fréquent avec divers professionnels de la santé (Diet, psychomot, psychologue, psychiatre) et le récit des autres enfants malades ont été bénéfiques pour moi. Mais parfois il était difficile de rester loin de son entourage, de se sentir surveillé constamment, compliqué de devoir affronter ses problèmes et de ne plus pouvoir fuir, de voir des personnes souffrir de la même maladie, de se comparer, de ne pas comprendre pourquoi un tel avance plus vite dans ses soins que soi. En sortant de là-bas, je pensais ne plus avoir à faire à la maladie, mais j’ai vite compris que l’on m’avait donné les outils pour être indépendante face aux difficultés de cette dernière, pour apprendre à vivre avec quotidiennement. Après un déménagement afin de faire peau neuve avec ma famille, j’avançais avec un suivi en hôpital de jour.

J’ai connu des hauts et des bas, mais je me souviens que chaque mois je me sentais mieux que le mois précédent. J’ai passé mon bac, j’ai retrouvé mes règles (signe important d’un retour à la normal pour le fonctionnement du corps). Pour mon pédiatre, physiquement j’étais soignée. Pour mon psychiatre, mentalement j’étais apte à continuer sans suivi. Pour ma famille, l’histoire était close et nous n’avions plus à parler de quoi que ce soit.


En étude supérieur cependant, j’ai encore connu des moments compliqués puisque des crises d’hyperphagie ont débuté. Rapidement j’ai pris 10 kg en 1 an et un nouveau cercle vicieux s’était installé, j’avais besoin de remplir un vide en moi. Evidemment, les kilos se sont vus. Mais ravies de voir que j’avais arrêté de perdre du poids, j’étais pour mes parents en meilleure santé ainsi. De plus, des crises d’angoisses sont apparues. Le déclencheur était souvent ma peur de rechuter à nouveau, sans m’en apercevoir à temps. Les choses se sont réellement calmées après le confinement. Je suis partie loin de chez mes parents, dans une nouvelle ville et une nouvelle poursuite d’étude. J’ai retrouvé un certain équilibre, un poids stable, et une relation beaucoup plus saine entre la nourriture et moi, même si parfois encore compliquée. J’ai notamment remarqué que mon mode de fonctionnement adopté avec cette maladie à tendance à revenir lors de période de stress, d’anxiété difficile à gérer. Cependant aujourd’hui, grâce à tout mon travail réalisé au cours de ces années de calvaire, je reconnais facilement les mécanismes et je sais y faire face seule. J’ai de plus des ami.e.s au courant de mon histoire qui savent apporter un regard externe lorsque mes comportements autour de la nourriture semblent anormaux. Un regard extérieur qui d’après mon vécu est essentiel à avoir. De plus il m’est arrivé de retourner voir un psychologue grâce au système des 8 séances remboursées pour les étudiants.


Mon histoire m’est propre, et chaque récit et parcours de personne souffrant de cette maladie est unique. Mais si ce témoignage venait à être parlant pour quelqu’un, j’espère qu’il le sera de manière bénéfique. Une aide pour la personne souffrante ou son entourage, mais aussi pour toutes les personnes souhaitant simplement se renseigner sur ces troubles/maladies psychiques afin de ne pas être aussi démuni que ma famille et moi devant une épreuve comme celle-ci. Et peut-être finalement, pouvoir y trouver un rondin de bois. »

Témoignage anonyme.

Logo MyNeo

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION

Sommaire: 

Article 1: Objet
Article 2: Périmètre
Article 3: Modalités d’accès
Article 4: Garanties
Article 5: Obligations incombant à l’Utilisateur
Article 6: Sanctions
Article 7: Propriété intellectuelle
Article 8: Date d’effet et révision des CGU 

Définitions: 

«  Le Service »: désigne la plateforme MyNeo
« L’Utilisateur »: désigne tout personne qui utilise le Service 

Article 1: Objet 

Les présentes Conditions Générales d’Utilisation ou CGU ont pour objet de définir les modalités de mise à disposition de la plateforme MyNeo, ci-après nommée « le Service » et les conditions d’utilisation du Service par l’Utilisateur. 

L’ensemble des règles mentionnées au sein des CGU encadrent juridiquement l’utilisation du Service. Par conséquent, elles doivent être respectées par tout Utilisateur de MyNeo. L’Utilisateur est tenu d’en prendre connaissance dès son inscription et utilisation de MyNeo. 

Constituant le contrat entre MyNeo et l’Utilisateur, l’accès à MyNeo doit être précédé de l’acceptation des présentes CGU. 

Article 2: Périmètre 

MyNeo propose à l’Utilisateur d’accéder à des contenus sous forme de vidéos, podcasts et articles afin d’acquérir ou de développer leurs connaissances sur les pathologies en santé mentale.  Des témoignages de professionnels de santé ainsi que de patients sont de même accessibles pour l’Utilisateur.  

Article 3: Modalités d’accès

MyNeo est disponible gratuitement. Afin d’y accéder;  il faut remplir plusieurs conditions: 

  • Disposer d’une connexion dont les coûts et charges sont à la charge de l’Utilisateur 
  • Disposer d’un compte Utilisateur sur la plateforme 

MyNeo est libre d’interrompre ou de suspendre l’accès et l’utilisation à certains contenus et services proposés. De plus, MyNeo se réserve le droit d’interrompre et de suspendre l’accès et l’utilisation de la plateforme dans son ensemble, et ce, à tout moment pour des raisons opérationnelles telles que la maintenance, la mise à jour ou la suppression de contenus. 

Article 4: Garanties 

Les contenus fournis par la plateforme MyNeo ne dispense pas l’Utilisateur de consulter un professionnel de santé. Malgré le fait que certains contenus soient scientifiquement  approuvés et validés, les contenus fournis ne constituent pas un avis médical à destination de l’Utilisateur. 

MyNeo met tout en œuvre pour permettre à l’Utilisateur d’accès à la Plateforme 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Néanmoins, en cas de force majeure, maintenance, mises à jour ou pour d’autres raisons opérationnelles, l’accès et l’utilisation de la plateforme peuvent être interrompus. MyNeo ne peut être tenu responsable d’un dysfonctionnement incombant à la plateforme du fait d’un cas de force majeure ou d’un événement échappant à son contrôle. 

Article 5: Obligations incombant à l’Utilisateur 

L’Utilisateur s’engage à ne pas céder, et ce, même temporairement ses identifiants et mot de passe, n’utiliser que les données strictement nécessaires aux recherches, ne pas tenter de transférer des données sur des transports mobiles. MyNeo ne peut pas être tenu responsable en cas d’usurpation du compte utilisateur ou de toute altération de ce dernier. 

Article 6: Sanctions 

En cas de violation des présentes CGU, MyNeo se réserve le droit de supprimer ou de restreindre les accès à votre compte ou à son contenu, et ce, sans délai, motif et avertissement préalable. 

Article 7: Propriété intellectuelle 

MyNeo est un logiciel permettant d’accéder à plusieurs services dans l’objectif de développer les connaissances de l’Utilisateur sur des sujets tels que les troubles anxieux ou la dépression.  MyNeo est une marque déposée à l’Institut national de la propriété industrielle. Par conséquent, l’ensemble des éléments de MyNeo relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et de la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris les documents téléchargeables et les représentations iconographiques. 

La reproduction de tout ou partie de MyNeo sur un support électronique ou autre, quel qu’il soit, est formellement interdite sauf autorisation expresse de la société MyNeo. 

Article 8: Date d’effet et révision des CGU 

Les Conditions Générales d’Utilisation prennent effet dès leur acceptation par l’Utilisateur. 

MyNeo se réserve le droit de modifier à tout moment les précédentes Conditions Générales d’Utilisation de MyNeo.

En cas de modification, l’Utilisateur en sera mentionné dès sa connexion à MyNeo. L’utilisation ultérieure sera considérée comme acceptation des modifications des CGU. 

Logo MyNeo

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITé

Termes et définitions: 

 

“Traitement de données à caractère personnel” : signifie toute opération ou tout ensemble d’opérations effectuées ou non à l’aide de procédés automatisés et appliquées à des données ou des ensembles de données personnelles, telle que la collecte, l’enregistrement, l’organisation, la conservation, l’adaptation, ou la modification, l’extraction, la consultation, l’utilisation, la communication par transmission, la diffusion ou toute autre forme de mise à disposition, le rapprochement ou l’interconnexion, la limitation, l’effacement ou la destruction. 

“Responsable de Traitement”: signifie la personne physique ou morale, l’autorité publique, le service ou tout autre organisme qui, seul ou conjointement avec d’autres détermine les finalités et moyens du traitement (article 4.2 du RGPD). 

“ Sous-traitant”: signifie la personne physique ou morale, l’autorité publique, le service ou tout autre organisme qui traite des données personnelles pour le compte du Responsable de Traitement (article 4.8 du RGPD) 

“ RGPD”: Le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 applicable à compter du 25 mai 2018.

“Loi Informatique et Libertés : Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

 

Qui sommes-nous ? 

MyNeo est une plateforme recensant divers contenus sur les pathologies en santé mentale. Elle est le fruit du travail de trois co-fondateurs ayant au cœur de leurs préoccupations d’aider toute personne notamment atteinte de troubles anxieux et de dépression en leur permettant d’accéder à un suivi personnalisé répondant à leurs besoins. 

MyNeo met en avant une valeur la représentant, l’éthique des données. Nous veillons ainsi à respecter l’application de la loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée ainsi que le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Le RGPD est un texte de référence en matière de protection des données ayant pour objectif de renforcer la protection des données des individus au sein de l’Union européenne. 

Le RGPD définit au sein de son article 4 la donnée à caractère personnel comme “Toute information se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable”. Elle se rapporte notamment au Nom, Prénom(s), n°de téléphone ou à la date de naissance. 

En tant que Responsable de traitement, MyNeo s’engage à manipuler vos données avec soin. C’est une de ses priorités. De plus, leur sécurité est une de nos priorités. Nous veillons de même à ce que nos collaborateurs respectent la réglementation en vigueur. 

 

Comment vos données sont-elles sécurisées ? 

MyNeo assure la sécurité de vos données à caractère personnel en mettant en place des moyens de sécurisation contre toute violation de données c’est-à-dire toute perte, destruction, altération ou divulgation non autorisée.  

Vos données collectées ne seront pas vendues, louées, échangées ou cédées à des organismes tiers. 

 

Quelles données ou catégories de données collectons-nous ?  

Afin d’avoir de vous proposer des contenus personnalisés et adaptés à votre pathologie , MyNeo est susceptible de collecter les données suivantes: 

  • Des données à caractère personnel telles que le Nom, Prénom(s), adresse électronique, numéro de téléphone, adresse postale, sexe… 
  • Des données de connexion, d’usage et de navigation telles que l’horaire, le pays, l’adresse IP… 

 

Pourquoi collectons-nous ces données ? 

La collecte de vos données à caractère personnel est motivée par la recherche constante d’offrir des contenus personnalisés et adaptés à votre pathologie. A ce titre, voici une liste des actions pour lesquelles les données nous sont indispensables: 

  • La création et la gestion du Compte Utilisateur 
  • La personnalisation des contenus et services vous qui vous sont proposés 
  • L’envoi de la newsletters 
  • La mesure d’audience

En cas de non-fourniture des données notamment celles relatives à la création de votre compte, il vous sera impossible d’accéder à l’application. 

 

Quelle est la base légale sur laquelle MyNeo s’appuie ? 

Les traitements mis en œuvre au sein de MyNeo s’inscrivent dans le cadre, selon les cas, (i) du consentement, (ii) à l’exécution d’un contrat ou de mesures précontractuelles, (iii) d’une obligation légale ou réglementaire ou encore (iii) de l’intérêt légitime poursuivi par MyNeo.

Dans le respect de proportionnalité et de minimisation des données, seules les données nécessaires et pertinentes au regard des finalités poursuivies sont collectées. MyNeo s’engage à ne recueillir que les données strictement nécessaires à la finalité de traitement.   

 

Quels sont les destinataires de vos données ? 

Certaines de vos données peuvent être transmises à des tiers autorisés, à nos prestataires de services techniques et sous-traitants pour le compte et sur instruction de MyNeo.

Dans tous les cas, l’accès de vos données à ces destinataires est limité aux catégories de données qui leur sont strictement nécessaires pour l’exercice de leur mission. Les données ne sont pas transmises hors de l’UE ou à d’autres destinataires sans votre consentement explicite ou préalable. 

Pour des raisons de sécurité, vos données sont hébergées auprès de l’hébergeur O2Switch. 

 

Quelle est la durée de conservation des données ? 

Voici une liste des durées pour lesquelles nous conservons vos données: 

  • Données d’identification : pendant toute la durée de la relation contractuelle 
  • Données de connexion: 13 mois 
  • Données concernant la newsletter, de vos intérêts et préférences : jusqu’au retrait de votre consentement 

 

Quels sont vos droits ? 

En application de la loi Informatique et Libertés ainsi que du Règlement Général sur la Protection des Données, vous disposez de plusieurs droits dont vous pouvez vous prévaloir à tout moment: 

  • Droit d’opposition : permet de refuser l’utilisation de vos données pour certains traitements 
  • Droit d’accès: permet de savoir quelles données ont été traitées par Néo et d’en recevoir la communication via une copie 
  • Droit de rectification: permet de corriger les informations inexactes ou incomplètes 
  • Droit à l’effacement: permet de demander l’effacement des données vous concernant 
  • Droit à la limitation du traitement: permet de limiter l’utilisation de vos données par Néo 
  • Droit à la portabilité: permet de récupérer ses données pour soi ou pour les transmettre à un tiers en fonction de la base légale choisie 
  • Droit au retrait du consentement: permet de retirer son consentement à condition que ce soit la base légale choisie 

 

A qui pouvez-vous vous adresser ? 

Vous pouvez faire valoir vos droits par voie électronique : contact@myneo.fr

Par ailleurs, vous pouvez consulter le site Internet de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) si vous souhaitez obtenir davantage d’informations sur l’étendue de vos droits (https://cnil.fr

Vous disposez du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL: TSA 90715, 3 Place de Fontenoy, 75007 Paris. 

 

Politique de cookies 

Qu’est-ce qu’un cookie ? 

Les cookies sont des fichiers destinés à être stockés sur vos appareils (smartphone, ordinateur, etc.) qui seront utilisés sur notre site Internet (myneo.fr) afin d’interagir avec votre navigateur pour lui envoyer ou recevoir des informations. 

 

Pourquoi utilisons-nous des cookies ? 

MyNeo utilise des cookies à des fins d’enrichissement de contenus, de fonctionnement, d’analyses statistiques et de mesures d’audience.

 

Comment accepter ou retirer son consentement pour les cookies ? 

Ces données sont collectées avec votre consentement, et ce, de manière explicite. Vous pouvez à tout moment vous opposer au dépôt de ces cookies. De plus, vous pouvez à tout moment retirer ce consentement soit par le biais d’outils mis à votre disposition en ligne (gestion de cookies), soit par saisie des services responsables du traitement de vos données. 

Vous pouvez également saisir à cette fin le Délégué à la protection des données de Néo à l’adresse suivante: contact@myneo.fr

 

Combien de temps conservons-nous les cookies ? 

Le stockage de ces données est, par ailleurs, limité dans le temps à une date de péremption de 13 mois. A l’issue de cette période, vos données personnelles sont supprimées. Dans le cas d’une inscription en ligne, une demande de renouvellement de consentement vous est adressée. 

Logo MyNeo

MENTIONS LEGALES

Editeur du Site Internet 

MyNeo SAS
Adresse: 16 rue Hans Arp
RCS Paris
Capital social: 666,67
Numéro de TVA intracommunautaire: FR68949357578
Directeur de la publication: Pikartzo
Courriel: bonjour@pikartzo.fr  

Hébergeur du Site

MyNeo a fait le choix d’héberger vos données à caractère personnel chez un hébergeur externe. 

O2SWITCH
Siret : 510 909 807 00032
Adresse : Chemin DES PARDIAUX
63000 CLERMONT-FERRAND
RCS Clermont-Ferrand
Numéro de TVA: FR35510909807

Propriété intellectuelle 

Les divers contenus sur le Site Internet ainsi que les applications mobiles MyNeo sont la propriété exclusive de la société anonyme par actions simplifiées MyNeo. Toute reproduction est conditionnée à l’accord de MyNeo. En vertu de l’article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle, ces éléments sont par conséquent protégés par le droit d’auteur. 

Protection des données à caractère personnel 

MyNeo s’engage à manipuler vos données avec soin. C’est une de ses priorités. De plus, leur sécurité est une de nos priorités. Nous veillons de même à ce que nos collaborateurs respectent la réglementation en vigueur. Afin d’en savoir plus sur le traitement de vos données ainsi que vos droits, vous trouverez notre Politique de confidentialité à l’adresse suivante: https://myneo.fr

Cookies 

Les cookies sont des fichiers destinés à être stockés sur vos appareils (smartphone, ordinateur, etc.) qui seront utilisés sur notre site Internet (myneo.fr) afin d’interagir avec votre navigateur pour lui envoyer ou recevoir des informations. Afin d’en savoir plus sur les cookies mis en place sur le Site MyNeo, vous trouvez notre Politique de cookies à l’adresse suivante: https://myneo.fr

 

Logo MyNeo

NAVIGATION

Témoignage sur l’anorexie mentale

1590

Témoignage sur l’anorexie mentale

Newsletter MyNeo

Pour ne rien rater de notre actualité,
Inscrivez-vous gratuitement.

Pour l’instant, la newsletter est indisponible. Mais, nous arriverons bientôt avec des actualités en santé mentale

Pour recevoir notre Newsletter, merci de renseigner votre adresse mail :